topblog Ivoire blogs

jeudi, 10 janvier 2013

jusqu’où iront les Gendarmes Dioulas

Côte d’Ivoire : jusqu’où iront les Gendarmes Dioulas dans leur chasse aux hommes du Commandant Abéhi ? (La Révolution Permanente N°00429/01/13)

C’est le sujet le plus gênant que la Révolution Permanente doive traiter. Mais nous sommes face à une instrumentalisation ethnique de la Gendarmerie Nationale de Côte d’Ivoire. L’une des fiertés des Ivoiriens avant le 11 avril 2011. Alors, nous sommes obligés d’en parler et d’appeler les choses par leurs noms. La traversée de l’ombre de la mort amorcée par la Gendarmerie Nationale de Côte d’Ivoire depuis le 19 septembre 2002 à Bouaké et à Korhogo avec les nombreux crimes rituels du MPCI utilisant les Gendarmes comme des moutons de sacrifice, est en train de connaître son apothéose depuis quelques semaines, sous la main de fer d’un certain nombre de noms. Commandant supérieur adjoint de la gendarmerie, le colonel-major Vako Bamba, le lieutenant Sanfo Dramane, le lieutenant-colonel Kouyaté, etc. etc. Ils se disent Gendarmes Dioulas. Ils estiment que tous les Gendarmes qui ne sont pas Dioulas sont des suspects. A la solde du FPI ou du PDCI. Chez ces individus qui ont perdu le sens de l’honneur militaire, le « Pro Patria, Pro Lege » est devenu « Pro ADO, Pro Dioula ». Et avec ça, ils sèment la désolation dans les rangs des autres Gendarmes, conduisant nuit et jour, des arrestations arbitraires, sur la foi de soupçons ridicules, se livrant à des scènes de torture inimaginables, n’ayant aucune gêne à se porter volontaires et promoteurs du projet d’épuration ethnique d’un Mossi manipulateur et faussaire, lui-même manipulé et utilisé par la France et ses alliés comme hier, aux heures sombres et honteuses de la colonisation des Nègres d’Afrique de l’Ouest, lorsque les mercenaires sénégalais connus sous l’appellation peu glorieuse de « Tirailleurs sénégalais », ont servi la cause de l’homme blanc en torturant leurs frères noirs pour accélérer la conquête de leurs terres et leur soumission au colon. Mais jusqu’où comptent aller ces individus qui ont rejoint le camp des tortionnaires, placé le tribalisme au-dessus des valeurs républicaines et abandonné le sacerdoce de la protection des civils ainsi que la règle sacro-sainte de la fraternité d’armes, pour s’adonner au meurtre de leurs propres collègues, frères d’armes de la même promotion ou de la même ancienne unité de Gendarmerie ? Combien de temps espèrent-ils trouver face à eux, des collèges soumis, acceptant humiliation, privation, torture, meurtre et menace en tous genres visant leurs femmes et enfants ? Nous ne saurons répondre à ces interrogations. Ce que nous savons, c’est qu’ils prétendent que le Commandant Jean Noël Abéhi serait sur le point du retour ; que ses anciens hommes ainsi que des nouveaux qu’il aurait recrutés, seraient sur le point de mettre la Gendarmerie au service de la République ; que ces Gendarmes allaient appuyer les Militaires, les Marins et les Forces combattantes de Police, pour libérer la Côte d’Ivoire de l’occupation rebelle et coloniale. Et pour ça, ils sont prêts à tout, pour que vive leur nouveau chef Mossi au détriment d’une Côte d’Ivoire avec une Gendarmerie au service de la République et non au service d’aventuriers sanguinaires chez qui le raisonnement ethnique, les raccourcis malhonnêtes, la violence, le crime rémunéré et le sacrifice humain sont des métiers pleins d’avenir. Que peut-on souhaiter de mieux au Commandant supérieur adjoint de la gendarmerie, le colonel-major Vako Bamba, le lieutenant Sanfo Dramane, le lieutenant-colonel Kouyaté et à tous les autres se disant Dioulas et prêts à tout pour sauver le pouvoir des Dioulas ? Que pouvons-nous leur souhaiter, si ce n’est bon vent et que la terre leur soit légère, sans rancune, sans complainte, sans remord et sans pitié, lorsque le chat deviendra la souris ?

 

A Très Bientôt. Hassane Magued

12:33 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

vraiment merci Hassane pour cette vision de l’interpellation

Écrit par : Bermudas | jeudi, 10 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.