topblog Ivoire blogs

mercredi, 27 février 2013

6e jour de l’audience de Gbagbo : Le procureur ignore le commando invisible à dessein »

 

Eventnews-26/2/2013

6e jour de l’audience de Gbagbo : Mardi 26 février 2013. –
La guerre des images : Facebook et youtube induisent procureur et défense en erreur.
–Laurent Gbagbo rétabli dans sa fonction de président
de la République de Côte d’ivoire par le Procureur de la CPI

Session 1 : Me Ivanovic : « Le procureur ignore le commando invisible à dessein »

Après avoir prouvé hier que non seulement, la manifestation sur la RTI en date du 16 décembre 2010 n’avait rien de pacifique, en montrant comment les militants du RHDP en adoptant le plan commun du supposé gouvernement Ouattara se sont joint aux forces militaires pro-Ouattara (FRCI-ONUCI-Licorne) en vue de la mise en œuvre d’une insurrection armée pour installer le nouveau directeur général de la RTI, l’équipe de Me Emmanuel Altit, qui poursuit toujours sa présentation des documents à décharges, a abordé aujourd’hui, le deuxième évènement concernant « l’attaque lancée lors d’une manifestation de femmes à Abobo le 3 mars 2011 ».

« Le 3 mars 2011, les partisans de Ouattara se sont rassemblés dans le cadre d’une marche pacifique dont le point de départ était le carrefour Anador à Abobo, pour demander la démission de Gbagbo et protester contre les atteintes aux droits de l’homme qui s’étaient produites dans le quartier. Plus de 3000 femmes se sont réunies à ce carrefour pour le départ de la marche. Elles n’étaient pas armées, brandissaient des branches d’arbres et des pancartes et scandaient des slogans anti-Gbagbo » avait tenté de prouver, le bureau du procureur le jeudi 21 février dernier avant de conclure : « …Vers 10 heures, les FDS sont arrivés à bord de véhicules blindés…Ils ont tués au moins sept femmes et ont blessé nombre d’entre elles…Ils agissaient sur ordre de leurs supérieurs immédiats ».
Pour la défense de Gbagbo, depuis le mois de mars 2011, il n’existait plus de FDS à Abobo. Seul le commando invisible sévissait à Abobo. « P.44 » , un témoin du procureur raconte même que ce sont les policiers qui étaient tués. D’ailleurs il informera que le RDR avait mis en place un mode de déstabilisation appelé « tuerie et incendie ». Ce plan aurait été planifié depuis le Golf Hôtel fief de Ouattara. « Cette marche n’avait rien de spontané comme le décrit le procureur » conclu la défense.
Revenant sur la fameuse vidéo (00300716) versée au dossier à charge du procureur, qui retrace la marche des femmes d’Abobo, la défense qui avait la vraie copie ou du moins la totalité de la bande a diffusé une autre tranche de la même vidéo où on voit bien des manifestants avec des armes lourdes et une femme qui tombe et se relève sur les consignes données en dioula « recouche toi, ce n’est pas fini ». A peine la défense commente ses preuves que le procureur Mac Donald saute de sa chaise et adresse une remarque très pertinente : « Cette vidéo a été postée sur youtube le 3 mars 2011, mais elle aurait été tournée le 24 février 2011. Tout comme la vidéo venue du Kenya, il faut que la défense nous dise ce qu’elle sait des origines de cette vidéo » a fait remarquer le procureur.
« C’est bien du procureur que la défense a reçu cette même vidéo le 17 janvier 2013 parmi les 900 vidéos contenues dans le document des charges. Il était inscrit que cette vidéo était tournée le 3 mars 2011. Ce n’est que lors de l’audience de confirmation des charges, le 18 février dernier que le procureur nous a fait savoir que cette même vidéo aurait été tournée le 24 février 2011. Quelle soit tournée le 3 mars ou le 24 février 2011, il appartenait au procureur de bien mener ses enquêtes et de nous produire la bonne pièce » a rétorqué la défense.
Parlant des tueries des sept femmes, la défense prouvera que c’était un coup monté. Car raconte un témoin, il fallait tout faire pour induire le pouvoir de Gbagbo en erreur. Pour cela, dans le complot, des manifestants avaient été armés par l’Iman Sidik de la mosquée du quartier Marley derrière rail. Des manifestants armés devaient attaquer les FDS au cas où ceux-ci s’y présentaient. Malheureusement point de FDS à la marche. Alors il fallait mettre en place le plan B. Sept femmes ont été désignées pour simuler le coup. Elles étaient par la suite aspergées du sang de mouton. Chaque femme a reçu 100 000 f Cfa et chaque cadreur, 50. 000 fcfa. Les monteurs ont fait par la suite leur boulot et le résultat est là.

A la suite de Ivanovic, Jennifer Naouri quant à elle a parlé du bombardement du 17 mars 2011 et parlera du 12 avril, le quatrième évènement.
Concernant les évènements du 17 mars 2011, la défense informera la cour que depuis mars, tous les FDS avaient fui Abobo suite au massacre de 15 d’entre eux le 28 février 2011. Désormais, Abobo était entre les mains du commando invisible. Ces groupes rebelles avaient ainsi infiltré la population et massacré tous ceux qui étaient des pro-Gbagbo. « Le procureur a parlé de 6 obus qui auraient été tirés depuis le camp commando et qui auraient visé le marché d’Abobo et par la suite le village S.O.S enfants. Sans autres formes de précisions » a fait remarquer la défense avant d’instruire le procureur sur la faiblesse de ses allégations. « Le procureur parle de 12h, comme étant l’heure du lancement des obus, des 6 obus. Alors que plusieurs de ses propres témoins parlent de 11h, 14h ou même de simple bruit d’obus et de 1 à 2 obus… »

Session 2 : « Le récit du procureur sur les évènements de Yopougon est biaisé et lacunaire »

Toujours poursuivant sa présentation Jennifer Naouri en concluant sur ce 3e évènement a rappelé au procureur que s’il avait à cœur de mener à bien une enquête, il serait allé en Côte d’Ivoire avec un expert en balistique pour savoir que un obus tiré à moins d’un km de sa position initiale peut faire des dégâts y compris sur celui qui le lance. Dans cette condition comment un tel obus peut-il être tiré sur le village S.O.S village enfants, situé à proximité du camp commando…Pour la défense, en prenant la théorie du bombardement d’un marché, le procureur veut ainsi marquer les consciences en se souvenant de Sarajevo.
Commentant le dernier évènement du 12 avril 2011, qui se serait déroulé après la chute de Gbagbo, la défense a démontré que c’est justement les FRCI qui sévissaient à Yopougon qui ont commis des viols sur des populations civiles car tous les chefs des FDS avaient déserté et fait allégeance à Ouattara. La population n’avait plus personne pour la protéger. Voilà pourquoi elle érigera des barrages pour se protéger contre les FRCI. Pour la défense, le procureur s’il avait bien mené ses enquêtes il aurait su que plusieurs centaines de pro-gbagbo ont été détenus dans des cages, surtout à la station Lubrafrique. Enfin, la défense qui tient à prouver que toutes les allégations du procureur sont infondées est revenue sur la fameuse vidéo de yopougon, alors qu’elle aurait été tournée au Kenya en mars 2009. A peine la défense aborde ce chapitre que le procureur Mac Donald rentre en transe et supplie la défense de ne plus faire cas de cette vidéo, car le procureur l’a déjà reconnu…Mais la défense explique que cette vidéo est importante car à ce stade de son propos, il s’agit des évènements de Yopougon d’où est censée provenir cette vidéo.
« Le récit du procureur sur les évènements de Yopougon est biaisé et lacunaire » a conclu Me Naouri Jennifer.

Conclusion générale sur les 4 évènements et la responsabilité pénale individuelle du président Gbagbo.

Session 3 : Gbagbo reconnu président par le procureur de la CPI.
« Non seulement les allégations portées contre le président Gbagbo en relation avec les 4 évènements sont infondés mais elles n’ont aucun lien avec le président Gbagbo » a introduit l’avocate yougoslave avant de rentrer dans une démonstration juridique pour prouver la faiblesse de l’accusation au vu des articles 25.3 (a) et (d). Elle fera référence à la jurisprudence de la Cour et au cas Katanga et Jean-Pierre Bemba en matière de la coaction indirecte d’un suspect. Pour inculper le président Laurent Gbagbo, le procureur l’accuse d’avoir bénéficié d’un appareil, donc d’une organisation en vue d’exécuter un plan commun. Le président disposait d’une organisation hiérarchisée. Il y a contribué personnellement. Enfin, le président exerçait une autorité sur les FDS en tant que président de la Côte d’Ivoire et donc chef suprême des armées. « Le procureur utilise la Constitution ivoirienne lorsque cela l’arrange » a fait remarquer la défense, avant de se féliciter pour la reconnaissance par le procureur du statut du président Laurent Gbagbo en tant que le président de la république de Côte d’ivoire, au titre de l’article 47 de la Constitution ivoirienne.
La présentation de la défense continue demain mercredi 27 février à 14h30.

De P.kouhon/ Envoyé spécial à la Haye (Eventnews Tv

08:35 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.