topblog Ivoire blogs

samedi, 09 mars 2013

Exclusivité/ CPI : Fatou Bom Bensouda sur le départ ? Voici sa nouvelle vie

Eventnews Tv-9/3/2013

Exclusivité CPI : Fatou Bom Bensouda sur le départ ?
Voici sa nouvelle vie. Fatou Bom Bensouda lance son mouvement

Fatou Bom Bensouda, de son vrai nom a été élue procureure générale de la CPI le 12 décembre 2011, succédant à Luis Moreno Ocampo. Choisie par les 120 États membres du tribunal, au terme d’un processus de sélection auquel participaient 52 candidats, elle a prêté officiellement serment le 15 juin 2012. Adjointe de Luis Ocampo au moment où ce dernier enquêtait sur les évènements postélectoraux en Côte d’Ivoire, la gambienne effectuera au moins deux voyages en Côte d’Ivoire en 2012 quand elle reprit le dossier ivoirien en main.

D’abord pour s’imprégner des réalités du terrain et se familiariser avec la nouvelle affaire : Le Procureur contre Laurent Gbagbo. Seulement si la continuité des Affaires reste une des règles de la Cour pénale internationale, il n’est pas étonnant de constater qu’une affaire bâclée depuis son ouverture, subisse la même lacune à l’arrivée. C’est le cas du dossier Laurent Gbagbo devant la CPI.
A la lecture du document de notification des charges et vu les exposés séparés de la Défense et du bureau du procureur lors de l’audience de confirmation des charges tenue du 19 au 28 février dernier à la CPI, il se dégage un constat sans appel : Le bureau du procureur n’a pas mené d’enquête sur cette affaire.
Et toutes les pirouettes linguistiques du bureau du procureur ne peuvent convaincre plus d’un observateur de la vie socio politique en Côte d’Ivoire.
La procureure Fatou Bom Bensouda n’a pas eu plus de temps pour s’en rendre compte elle-même. Ce qui expliquerait son abandon du dossier dès l’ouverture de l’audience pour aller s’occuper des sujets plus attractifs en Italie et ailleurs en Europe pendant le déroulement de l’audience pour autant très attendue.
En effet, dégoutée par l’insuffisance des preuves recueillies par son ex patron, Luis Ocampo, Fatou Bom Bensouda, n’aurait pu regarder dans les yeux du président Laurent Gbagbo dont la grandeur et la lutte pour la démocratie est reconnue par tous. Aussi sentant que sa crédibilité est en jeu dans cette affaire particulièrement du fait de son caractère politicien, ce qui n’a rien à voir avec les autres Affaires déjà jugées ou en cours à la CPI, Fatou Bom Bensouda prépare dans le plus grand secret sa reconversion professionnelle.
Ainsi, selon plusieurs sources concordantes, Fatou Bom Bensouda aurait crée un mouvement dénommé : V-Day. Un mouvement visant à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles, donc sexiste !
Eventnews Tv propose ici l’intégralité de la déclaration de Fatou Bom Bensouda à l’occasion de la Journée internationale de la femme célébrée ce 8 mars 2013 à travers le monde :

Déclaration : 08.03.2013

Mobilisez-vous contre l’impunité
Le Procureur, Madame Bensouda, et la dramaturge et créatrice de l’événement V-Day, Eve Ensler, célèbrent la Journée internationale de la femme.
Le 14 février 2013, un milliard de personnes se sont mobilisées dans 207 pays pour danser, manifester et exprimer leur refus de la violence sexuelle. L’événement One Billion Rising traduisait l’urgence d’agir et la profonde aspiration de femmes et d’hommes à travers la planète à vivre dans un monde ou personne ne craindrait à tout moment de subir des violences, des viols et des attaques.
À l’occasion de ce 8 mars, qui marque la Journée internationale de la femme, la mobilisation continue car il reste fort à faire. L’existence même des crimes à caractère sexiste n’est toujours pas reconnue au sein de nombreuses sociétés, qui les passent sous silence et vont jusqu’à dénigrer les victimes. Le Procureur Bensouda et Eve Ensler conjuguent leurs efforts pour donner une nouvelle impulsion à la lutte contre l’impunité en insistant sur la sensibilisation du public, la nécessité de rendre des comptes, la mobilisation et la justice.
« Nous avons pu constater la force générée par un milliard de femmes et d’hommes mobilisés, qui rompent le silence, qui apaisent les traumatismes en dansant et en exprimant leur indignation, en instaurant une solidarité et un élan universels et en se mobilisant comme jamais auparavant. Désormais, nous devons nous mobiliser contre l’impunité », a déclaré Mme Ensler.
« Il est crucial d’ouvrir des enquêtes et d’entamer des poursuites concernant les crimes à caractère sexiste. Les victimes doivent pouvoir s’exprimer et donner leur version des faits et les auteurs de tels crimes doivent être traduits en justice. Nous pouvons adresser collectivement un message clair, fort et cohérent pour dire qu’il n’est plus acceptable d’utiliser la violence contre les femmes comme arme de guerre », a ajouté le Procureur Bensouda.
« Nous avons décidé de lancer un appel commun pour exhorter les tribunaux, les gouvernements et les instances judiciaires à mettre un terme à l’impunité et à obliger les auteurs des crimes en question à rendre des comptes à la justice. Nous vous demandons de nous rejoindre et de vous mobiliser pour éradiquer la culture de l’impunité. »
Le rôle que joue la Cour pénale internationale (CPI) se fait ressentir bien au-delà des salles d’audience ; avec chaque nouvelle affaire, la nécessité de modifier les comportements et de prévenir les crimes à caractère sexiste devient plus pressante. La CPI mène actuellement des enquêtes et des poursuites relatives à des crimes, notamment des crimes à caractère sexiste, en Ouganda, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, dans la région du Darfour au Soudan, au Kenya, en Libye, en Côte d’Ivoire et au Mali.
V-Day est un mouvement mondial visant à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles. Le 14 février 2013, qui marquait la 15e édition de cet événement, des militants, des écrivains, des travailleurs, des intellectuels, des célébrités et des femmes et des hommes à travers le monde se sont mobilisés pour exiger qu’il soit enfin mis un terme aux violences faites aux femmes. Nous nous mobilisons une nouvelle fois.

Rappelons que Fatou Bom Bensouda, née le 31 janvier 1961 à Banjul, est une avocate gambienne de la Cour pénale internationale (CPI), dont elle est actuellement procureure générale après avoir été pendant huit ans procureure adjointe.
Fatou Bensouda est formée en droit dans plusieurs universités du Nigeria. Pour compléter sa formation académique, Fatou Bensouda a suivi d’autres formations professionnelles lui permettant d’acquérir d’autres diplômes, notamment un diplôme en bénévolat au sein du Comité international olympique à New York (novembre 2001), ainsi qu’un diplôme d’études en langue française (DELF) 1er degré délivré par le ministère de la Jeunesse, de l’Éducation Nationale et de la Recherche de la République française.
Elle obtient un poste de procureur en Gambie en 1987. Nommée procureur général de Banjul, elle devient en 1998 ministre de la Justice (jusqu’en 2000)
Depuis 2004, elle travaille à la Cour pénale internationale.
Elle est mariée à un homme d’affaires maroco-gambien et a deux enfants.

De Philippe Kouhon/ Eventnews Tv/ Mail: pkouhon@gmail.com

08:22 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.