topblog Ivoire blogs

vendredi, 05 avril 2013

A la recherche désespérée d’argent: Un ministre de Ouattara humilié en France

Notre voie-5/4/2013

C’est un secret de polichinelle, l’argent ne circule pas sous le régime Ouattara. Il se fait même très rare et la Côte d’Ivoire est durement confrontée à une paupérisation croissante. Pour faire face aux caisses de l’Etat qui sont vides, Alassane Dramane Ouattara recherche partout de l’argent.
C’est ainsi qu’en février dernier, au dire de sources proches du dossier, il a dépêché en France, Mme Kaba Niélé, ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie et des Finances. Objectif : demander pardon à la France afin qu’elle ait pitié du régime Ouattara et accepte de décaisser 100 milliards FCFA dans le cadre du Contrat désendettement-développement (CDD) comme appui budgétaire à la Côte d’Ivoire. On se rappelle que le samedi 1er décembre 2012, la France et la Côte d’Ivoire ont signé le premier CDD pour un montant de 413,25 milliards FCFA sur 20 ans. Le contrat offre également un appui budgétaire pour l’annulation de la dette intérieure de la Côte d’Ivoire d’un montant de 16,4 milliards FCFA. Fin janvier 2013, la France, à travers l’AFD, met la somme de 6,7 milliards FCFA à la disposition de la Côte d’Ivoire pour apurer une partie de la dette intérieure en 2013. On se souvient également qu’au cours des deux premiers mois, les services des impôts accusaient un déficit de près de 34 milliards FCFA. Alassane Ouattara avait vraiment besoin d’argent. Mais, il était certain qu’il n’aurait pas eu 100 milliards FCFA – tout au plus 6,7 milliards FCFA selon le Contrat – de la part de la France qui a une vision de la gestion des finances publiques différente de l’ère sarkozienne. Aussi dépêche-t-il, pas le Premier ministre, ministre de l’Economie et des Finances, mais la ministre déléguée comme un ballon d’essai.
Selon nos sources, la France a opposé un refus catégorique à cette demande au motif que l’argent affecté au CDD et réservé à l’appui budgétaire n’atteint pas les 100 milliards FCFA demandés. Cette réponse, Kaba Niélé l’a entendue de la part des personnalités françaises qu’elle a rencontrées. D’abord, c’est Remi Rioux, directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances de France, qui lui aurait dit cela. En l’absence évidemment du ministre français de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, qui a refusé, a-t-on appris, de recevoir Kaba Niélé. Il a argué un calendrier chargé. Mais en réalité, précise une source diplomatique qui a requis l’anonymat, « tout le monde est déçu de la gestion de la Côte d’Ivoire par Alassane Ouattara. Tout est au rouge même les finances. En tout cas, ce n’est pas le technocrate Ouattara qu’on connait qui est actuellement à la tête de la Côte d’Ivoire ». Ensuite le directeur de l’Agence française de développement (AFD), Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères de France, chargé du développement. Tous ont dit « non » à Alassane Ouattara à travers la ministre Kaba Niélé. C’est donc bredouille qu’elle a regagné Abidjan pour rendre compte de l’échec de sa mission à son mandant, Alassane Ouattara.

Didier Depry didier

08:57 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.