topblog Ivoire blogs

samedi, 04 mai 2013

Duékoué / Pour venger son frère tué Amadé Ouérémi sème la terreur dans un village

L’Intelligent d’Abidjan-04/05/2013

Le village de Tobly-Bangolo situé sur l’axe Djessabo Duékoué a vécu une situation dramatique dans la nuit du 28 au 29 avril 2013 suite à une expédition punitive des hommes de Amadé Ouérémi, du nom du chef milicien qui contrôle les forêts du mont Péko. Tout est parti selon notre informateur du décès subit de Ouérémi Mady présenté comme son frère aîné. Dès les premiers instants de ce décès, c’est la veuve, une ivoirienne de l’ethnie Yacouba qui est d’abord pointée du doigt et arrêté par la gendarmerie. C’est après son arrestation qu’elle dira ne rien savoir de ce meurtre, soupçonnant son ex-mari, un certain Mamadou de nationalité malienne, d’être à la base de ce meurtre. Suivant sa déclaration, Mamadou est recherché et arrêté par la gendarmerie qui l’écroue à la brigade de Duékoué. Le nommé Mamadou entretiendrait un litige foncier de longue date avec M. Mady qu’il a préféré réglé par un assassinat. Mais entre la recherche et l’arrestation de Mamadou, Amadé Ouérémi qui a appris le décès de son frère décide de régler l’affaire à sa manière. Il envoie près d’une centaine de ses éléments à bord de Pick-up et de mobylettes à Tobly-Bangolo pour venger la mort de son aîné. Armés de gourdins, de machettes, d’essence et de fusils d’assaut, les miliciens passent rapidement à l’acte en commençant par incendier les premières maisons. Ils barrent même la grande voie. Les forces régulières interviennent et éteignent les flammes avant de tenter un conciliabule avec Amadé en personne. Ils le convainquent que le meurtrier de son frère est détenu à la brigade. Pour ne pas paraître idiot, Amadé Quéréni décide d’envoyer quelques hommes vérifier ce qu’on venait de lui dire. Et ce n’est qu’après confirmation de la présence de Mamadou à la brigade par ses envoyés, qu’il décida de lever le siège du village dans la journée du jeudi 2 mai 2013. Mamadou a été entre temps déféré à Man. Dans la ville de Duékoué, surtout au quartier carrefour, notre source indique qu’une peur panique s’est emparée des riverains qui ont vu le cortège de Pick-up. Certains ont plié bagage en se rappelant les tristes événements de fin mars 2011. De son côté, le préfet s’est rendu dans le village de Tobly-Bangolo pour rassurer les villageois dont certains avaient trouvé refuge en brousse.
SD

07:03 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.