topblog Ivoire blogs

vendredi, 07 février 2014

Single «Libérez notre président» des pro-Gbagbo Gadji Céli, leader en exil :«Le Burida a refusé de sticker notre disque»

Une maison de disque abidjanaise ayant requis l’anonymat découvre la laideur et la
raideur du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida). Elle vient d’essuyer une fin
de non recevoir de la part de cette Maison des artistes, alors qu’elle ne lui demandait
qu’à faire sticker un maxi-single d’un groupe de ses sociétaires vivant en France ou exilés dans ce
pays depuis 2011. Intitulé «Libérez notre président», cette oeuvre présentée et dédicacée
le samedi 1er février 2014, à l’Espace Godillot, à Paris, milite en faveur de la remise en liberté de Laurent
Gbagbo. Celui-ci renversé le 11 avril 2011 au sommet de l’Etat de Côte d’Ivoire a été déporté de Korhogo où il etait détenu 8 mois, le 29 novembre de la même année, à la Cour pénale internationale
de La Haye, aux Pays-Bas. Ceci explique cela ! «Le Burida a refusé de sticker notre maxi-single
«Libérez notre président», sous prétexte que la chanson est trop politique», dénonce
par téléphone, Gadji Céli, chef de file du Collectif des artistes résistants, auteur
de l’opus. «Je suis surpris. Je peux certifier que nous n’avons reçu aucun
support concernant «Libérez notre président» du Collectif des artistes
résistants», se défend Jean- Claude Kouadio, chef du département
contentieux et lutte contre la piraterie duBurida auquel est rattaché le 
service sticker, joint hier, par téléphone. Le front des musiciens résistants
est formé de Serges Kassy, François Ken’cy, Abou Galliets, Mahely Ba,
Maga Dindin, Pablo Yuwa…et Les Djiz. Ils ont le mérite d’avoir courageusement
prêté leur voix à cette oeuvre dévastatrice arrangée dans un studio de Paris par
Freddy Assogba, avec la contribution de Manu Lima. «J’ai pitié pour mon Burida
d’aujourd’hui. C’est la preuve qu’il n’y a plus de liberté d’expression et d’opinion
dans mon pays. C’est la preuve que le Burida n’appartient plus à la culture, que les autorités ivoiriennes ont pris en otage notre Maison. C’est un vrai braquage
», s’inquiète l’ex-président du Conseil d’administration du Burida
sous le régime Gbagbo. Si l’on en croit Gadji Céli, ancien capitaine des Eléphants-
footballeurs victorieux de la Can sénégalaise de 1992, cette discrimination
instaurée au Burida ne peut aucunement se justifier. «Dans le temps, des artistes
se sont attaqués au président de la République Laurent Gbagbo. On a critiqué
cela. Mais on n’a rien fait d’autre et la vie a continué comme si de rien n’était.
Nous, notre collectif ne demande que la simple libération de notre président
Séplou», s’indigne l’auteur de King Solo. Gadji Céli maintient le cap :
«On a entendu parler de Réconciliation en Côte d’Ivoire. Et on estime que
dans l’intérêt général du pays, il faut libérer Laurent Gbagbo. On assiste actuellement
à des vagues de libération des pro-Gbagbo, à l’origine accusés de crimes
de toutes sortes par le régime ivoirien. Nous, nous disons que dans ce contexte,
il faut plutôt libérer le gros poisson Koudou à cause de qui le pouvoir a arrêté tout
le monde. Ça va libérer et apaiser ainsi tous les coeurs de toutes les victimes de
cette situation sans précédent Nous pensons que le seul acte qui vaille, c’est de
libérer notre leader Gbagbo. Surtout qu’il n’y a pas de preuve contre lui
pour qu’on le maintienne en prison, surtout qu’on ne nous dit pas qu’il a perdu la
présidentielle. Nous sommes donc en train de dire haut ce que les gens
pensent tout bas». «La plaie de la Côte d’Ivoire est trop profonde pour que
l’on s’amuse à faire de la réconciliation politicienne. Aujourd’hui, il existe des
Ivoiriens qui ne font pas de la politique mais ont payé de leur vie et de leur situation
dans cette crise postélectorale. Et ceux qui ont la chance de survivre n’ont que
large;">des problèmes à résoudre depuis ce chaos. Il faut donc aller à la réconciliation
vraie en libérant Laurent Gbagbo et tous les autres prisonniers. Ainsi les coeurs
seront apaisés, prêts à pardonner ». Jacques Prévert disait : «Un seul oiseau est
en cage et la liberté est en deuil». A méditer, d’après le chanteur révolté.
Au dire de Gadji Céli, un plan promo est concocté par le Collectif afin que chaque
citoyen du monde, épris de liberté et de justice, entende son cri de détresse et comprenne
son message jusqu’à ce que saute le verrou de la cellule de prison du Woody
de Mama. «On ne chante pas seulement l’amour, les plaisirs de la vie. Notre rôle
d’artiste, consiste aussi à dénoncer ce qui ne va pas. Nous orientons le peuple, lui
donnons une vision des choses qui se présentent à notre société. Ce single est
donc notre contribution en tant que leader d’opinion», soutient-il. «Libérez notre président»
est soutenu par un clip conçu et réalisé par l’Ivoirien Axel Roland Illary.
Même si l’album est censuré en Côte d’Ivoire, comme on l’apprend, par le régime
Ouattara, il est disponible par téléchargement sur tous les réseaux sociaux et multimédia.
Jusqu’ où ira le pouvoir pour étouffer, même dans l’oeuf, la voix du président
Gbagbo aujourd’hui sans voix ? Pour la démocratie en Côte d’Ivoire, un des
lampadaires du boulevard de la bonne gouvernance, il faut repasser demain !
notrevoie / N°4635 du jeudi 6 février 2014
Schadé Adédé

17:10 Écrit par Bermudas Weed | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.